Concept du Jardin-Santé

Le meilleur moyen de comprendre le fonctionnement d’un Jardin-Santé  est de donner la parole à Joël et Julie propriétaires de deux Jardins-Santé :

  • Pourquoi avoir acheté un Jardin-Santé dans une ferme Amabio ?
  • Julie : Nous consommons depuis quelques années des produits bio et l’idée de devenir copropriétaires d’Amabio en étant les consommateurs des produits m’a séduite. L’idée du circuit ultra-court, le contrôle que nous pouvons exercer et le coût finalement nul de notre nourriture de base a fini de nous convaincre.
  • Joël : Nous avons acheté deux Jardins-Santé et non un seul du fait que nous sommes en couple avec un enfant. Un seul n’aurait pas suffit.
  • Oui, mais pourquoi n’avoir pas acheté simplement quelques parts de copropriétés d’une ferme Amabio à cent euros ?
  • Joël : Notre raisonnement a été de penser que faisant l’effort d’investir dans un ou deux Jardins-Santé, notre nourriture ne nous coûterait plus rien pour les produits fermiers puisqu’une partie de la production de nos Jardins-Santé est vendue afin d’en financer les frais d’exploitation. Ce n’est pas le cas pour ceux qui investissent dans quelques centaines d’euros car ils achètent des produits de la ferme Amabio au fur et à mesure de leurs consommations, sans notion de patrimoine.
  • Voulez-vous dire que la partie de récolte de vos Jardins-Santé qui est vendue, rend votre nourriture réellement gratuite ?
  • Julie : Oui. Définitivement nous consommons des fruits, des légumes, des œufs et d’autres produits tous biologiquement sains, sans chimie, gratuitement. Nous ne nous occupons de rien sauf de nos commandes.
  • Joël : Tout se fait par l’internet : Nous avons chaque jour la récolte faite, nous choisissons et nous sommes livrés sur le lieu de travail de Julie.
  • Mais si vous recevez du monde et que vous devez acheter plus ; que se passe-t-il ?
  • Julie : Nous avertissons un peu avant et commandons suivant nos besoins. Dans ce cas, ce qui dépasse notre consommation ordinaire est facturée.
  • Joël : En plus nos parts de copropriété Amabio font partie de notre patrimoine ; et la terre ne ment pas dit-on.
  • Cela revient à dire que vous mangez des produits biologiques de chez vous ?
  • Joël : Oui exactement. Nous n’aurions jamais eu la possibilité d’avoir des terres à nous, cultivées par des Maîtres-Jardiniers formés à la permaculture, à l’agroforesterie, etc.  Dans le cas des fermes Amabio, tous les copropriétaires sont actionnaires comme pour un appartement dans un immeuble.
  • Julie : Et nos actions iront plus tard à nos enfants qui en deviendront bénéficiaires à leur tour. Mais dans longtemps ; nous sommes jeunes !
  • Quand vous allez dans votre ferme Amabio, comment repérez-vous votre parcelle et quelle est sa superficie ?
  • Julie : D’abord on ne va pas dans la ferme Amabio sans rendez-vous pour ne pas perturber le travail. Ensuite nous n’avons pas une parcelle attitrée car la production est mutualisée. Nous bénéficions tous de la totalité des produits de la ferme Amabio, divisée par le nombre de Jardins-Santé.
  • Joël : La surface potentielle est variable suivant les fluctuations des impondérables. Cependant, la fourchette de superficie totale nécessaire pour un Jardin-Santé varie de 100 m2 à 250 m2.
  • Pouvez-vous me définir ce qu’est exactement un « Jardin-Santé » et  pourquoi ce nom  ?
  • Joël : Ce sont des paquets de plusieurs parts indivisibles de la ferme Amabio nécessaires pour nourrir une ou plusieurs personnes de façon autonome, avec un bilan d’achats de produits de la ferme équivalent aux ventes auprès de tiers. ces tiers sont porteurs aussi de quelques actions d’Amabio, sans être pour autant propriétaires d’un « Jardin-Santé ».
  • Julie : C’est l’application du principe de circuits ultracourt puisque dans Amabio, les consommateurs sont forcément les copropriétaires des terres agricoles. C’est comme si nous avions acheté deux appartements au même étage d’un immeuble et que la location du second paye tous les frais et impôts inhérents aux deux appartements.
  • Ce serait en quelques sortes la promotion immobilière appliquée à l’agriculture :  la promotion agrobiologique !
  • Julie : Exactement. Quant au nom de « Jardins-Santé », il vient du fait qu’on sait maintenant que la qualité et la diversité biologiques de la nourriture est un gage de santé. « Que l’aliment soit ton premier médicament  » aurait dit Hippocrate.
  • Joël : Il faut ajouter qu’il y aura bientôt plusieurs possibilité pour constituer ses parts de « Jardins-Santé ».