Pas de chimie phyto-sanitaire

Dans les années soixante, j’ai vu apparaître dans les terres familiales la chimie orgueilleuse, porteuse incontestable de progrès. C’était la martingale agricole ! Mais l’être humain a vite oublié la vie des sols en le considérant comme un simple substrat neutre. A tel point qu’en 1974, il y a 45 ans, les étudiants en agronomie sont devenus des chimistes. De bonne foi ils ont ignoré la vie des sols, ont œuvré avec ardeur vers une agriculture industrielle donnant des produits uniformes, insipides et de plus en plus dénués de qualité nutritive.

Amabio se dresse contre ces pratiques dont on sait maintenant qu’elles sont suicidaires pour les agriculteurs à plus ou moins long terme et criminelles envers les populations.

Amabio ne jette pas l’anathème aux agriculteurs restés en chimie. Outre ceux qui sont simplement cupides et qu’il faudra mettre hors d’état de nuire, il y a tous les autres, de bonne foi, qu’il faut convaincre patiemment, amicalement, avec la plus grande bienveillance collaboratrice.